Actualités

Evolution de la sécurité : de la sécurité à la prévention

QHSE

Il y a cent ans débutait l’aventure entrepreneuriale de Gaston Trochery qui donnera naissance au groupe GT tel que nous le connaissons aujourd’hui.  L’occasion pour nous de revenir sur l’évolution de la sécurité ces 100 dernières années.

Evolution de la sécurité : un peu d’histoire 

En 1919, le traité de Versailles allait avoir lieu pour clôturer une guerre qui devait être la « der des ders » en Europe. L’histoire en a voulu autrement nous le savons tous, mais cette année 1919 fut tournée vers un élan humaniste avec la conférence pour la Paix de Paris durant laquelle fut créée l’Organisation internationale du travail (OIT) qui avait pour but de repenser la notion de « travail ».

A l’origine de la création de l’OIT se trouvent des considérations d’ordre sécuritaire, humanitaire, politique et économique. Les fondateurs de l’OIT ont mesuré l’importance de la justice sociale pour assurer la paix alors que les travailleurs étaient exploités dans les nations industrielles de l’époque. De l’interdépendance économique du monde est apparue la nécessité de coopérer pour offrir des conditions de travail similaires aux travailleurs des pays en concurrence pour les mêmes marchés. La création de l’OIT est la première étape pour la préservation de l’homme au sein de l’entreprise.

Evolution de la sécurité en chiffre   

Avec une moyenne de 33,4 accidents du travail pour 1000 salariés en 2017, la sinistralité est une nouvelle fois en baisse et atteint son niveau le plus bas depuis 70 ans. Elle était de 120 accidents pour 1000 salariés dans les années 1950.

Adaptation aux nouveaux risques 

Ce succès s’explique en partie par la transformation d’un tissu économique dans lequel la part du secteur tertiaire, par nature moins accidentogène, est très importante. Il résulte, notamment, des progrès accomplis par la prévention des risques professionnels. Ceux qui en douteraient peuvent se reporter à l’exposition de l’INRS consacrée aux affiches réalisées de 1947 à nos jours pour sensibiliser les travailleurs aux risques. Elle donne, en effet, une vision saisissante du chemin parcouru tant ces documents sont de fidèles marqueurs de l’évolution de la société et du monde du travail. Les affiches sélectionnées témoignent d’abord de la transformation du monde du travail et des risques professionnels. “Après la guerre, expliquent les concepteurs de l’exposition, ils sont liés à l’activité physique (manutention manuelle, travail sur machine en atelier), puis à l’utilisation de produits chimiques dangereux. Enfin, avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication, l’automatisation des tâches, on voit apparaître de nouveaux risques à côté des précédents : les troubles musculosquelettiques et les risques psychosociaux tels que le stress…

De la sécurité à la prévention 

Mais l’exposition permet aussi de saisir combien l’approche des risques professionnels a évolué parallèlement à ces mutations. Ainsi, alors que les affiches étaient de simples supports dédiés à énoncer des consignes d’hygiène et de sécurité, à la fin des années 50, elles se font plus abstraites et incitent davantage à la réflexion. Ce changement de forme reflète un changement de fond. Dès lors, le salarié est progressivement considéré comme “un partenaire actif de sa sécurité et de celle des autres”. De la culpabilisation, on passe à la responsabilisation et de la sécurité à la prévention.

Ces évolutions graphiques reflètent aussi les évolutions réglementaires. Ces dernières ont permis une baisse drastique du nombre d’accidents du travail et des maladies professionnelles. On y perçoit, tout particulièrement le passage d’un système orienté vers la réparation des dommages à un système désireux de prévenir les risques le plus en amont possible. En effet, l’instauration du document unique d’évaluation des risques professionnels a joué un rôle prépondérant.  Il permet aux entreprises de s’engager dans une démarche de progrès continu.

Nul doute qu’il s’agisse là d’une source majeure des progrès accomplis et à poursuivre !